dimanche 3 mai 2009

Le pêcheur, un homme comme les autres…

IMG_4359 

IMG_4360

IMG_4362

IMG_4363

IMG_4366

7 commentaires:

iskander a dit…

s'en prendre à une carpe ? muette de surcroît ! Franchement où va-t-on ???

Arthémisia a dit…

Est ce bon au moins?

patriarch a dit…

Le Pape ne serait pas d'accord ;-)

Bonne journée !!!

Bifane a dit…

On dirait bien que tu trouves pas la pêche bien charmante...? Moi, j'y vais jamais, mais ça me dirait bien des fois... Je vois la chose apaisante, puis le poisson, je m'en fous un peu, je crois pas que je le garderais : j'aime pas en manger... C'est pas bien sérieux tu me diras. C'est bien vrai. J'aime bien aussi les Chevaliers de l'onde, dans la chanson "Tant qu'il y aura des ombres", elle m'a toujours bien plu... C'est pas le même rêve.

jean-pierre a dit…

bonjour Catherine , ton amour des gens et des animaux te mène loin . mais il existe des parcours de pêche , a la truite ,notamment ou le poisson est remis délicatement a l'eau . tu vois la gentillesse peut exister aussi chez les pêcheurs . par contre pour ce qui est de la chasse ou des corridas , je suis un farouche adversaire . bonne journée a toi . je t'embrasse . jean-pierre

Anonyme a dit…

Le pêcheur est simple mortel comme beaucoup d'entre nous et sa passion il l'assouvit sans trop se poser de questions...Rien de plus normal, en fait, ce poisson il le mangera ou en fera don... Au delà de ce geste banal, le chrétien lui, peut se poser bon nombre de questions...le poisson, image du christ qui symbolise aussi le croyant fidèle, signe de ralliement des fidèles lorsque jadis ils étaient traqués, pourchassés et tués...Le poisson qui vit dans l'eau comme le croyant plongé dans la bénédiction de Dieu...Le poisson qui grandit et garde les yeux ouverts comme le croyant porté par sa foi... Je comprends alors mieux pourquoi, un croyant puisse par rapport à sa foi qui l'anime, considérer le simple pêcheur comme un tueur...Question de symbolique...Mais aussi, amour d'autrui!... MICHEL

Chris a dit…

J'ai pratiqué la péche lorsque j'étais petite. Mon père m'abandonnait sur un gros caillou et je restais là pendant des heures, calme, presque immobile. Je crois que j'ai toujours été une contemplative finalement.Même à sept ans.

Je prenais des petits poissons minuscules, que je ne savais pas ôter de mon hameçon. Alors j'appelais mon père qui systématiquement arrivait en beuglant parce que je l'avais dérangé ;)