dimanche 12 juillet 2009

De l’impossibilité de faire sur commande…

Marie Laforêt viendra au mois de novembre prochain dans ma commune pour jouer une pièce de théâtre (Maria callas, master class).

Evidemment je suis contente (même folle de joie) et évidemment j’ai déjà réservé ma place.

On m’a demandé d’écrire pour le petit journal local un article sur Marie…On s’est dit : “Pour Catherine, ce sera facile, elle crie et elle écrit et elle n’arrête pas de nous bassiner avec sa Marie…”

Eh bien non, ce n’est pas facile.! Catherine se bloque et procrastine. Catherine s’installe longuement devant une feuille blanche et qui reste blanche . Ou alors Catherine écrit , mais sur tout autre chose comme sur ses grandes amours contrariées ou sur l’art de traire les bêtes à corne…enfin, rien de sérieux!

Et je me demande pourquoi. Pourquoi je n’arrive pas à écrire sur commande…et pourquoi d’ailleurs, d’une manière générale, je n’arrive plus à me plier à aucune contrainte.

Je passe ma vie à n’en plus faire qu’à ma tête. Je travaille et j’écris , même beaucoup, mais uniquement quand et comment ça me chante, sinon, je n’y arrive plus.Qu’est-ce qui s’est passé dans ma vie pour que je devienne si peu souple. Est-ce un effet de mon taoïsme latent ? Où est-ce à force de fréquenter les bêtes de toutes sortes qui n’obéissent à personne ? Où vais-je avec ça?

Arrête Catherine ! Regarde la vidéo et fais un petit effort!

8 commentaires:

Juliette a dit…

Catherine, je suis comme toi, je ne sais pas peindre sur commande, si je ne suis pas inspirée.
Écrire sur cette douce MARIE LAFORÊT.....
Peut-être t'inspirer de ses chansons...
Une idée comme ça

Bises

patriarch a dit…

Tu écris comme ça vient d'un jet, puisque tu connais bien le sujet, il se déroulera facilement !!!

jean-pierre a dit…

tu sais Catherine , on m'a parfois demandé de faire des photos sur un thème pour des expos . et bien comme toi , j'ai du mal , et je passe a côté . l'inspiration avec n'importe quel support , ne vient pas sur commande . je ne pense pas que la fréquentation des bêtes y soit pour grand chose !!! tu écris sur des coups de coeur et c'est pour ça que tes textes sont toujours bien ressentis , car ils sont vrais . ne change rien surtout et pour Marie , je suis sûr que tu trouveras les mots justes au bon moment . bonne soirée a toi . je t'embrasse . jean-pierre

Arthémisia a dit…

Juste garder avec soi toujours un carnet, afin d'y jeter le mot qui vient comme ça tout seul, la pensée fugace, volatile sur laquelle tu pourras construire par la suite, qui sera le pilier de ta réflexion. Les carnets de moleskine sont des champs remplis de graines qu'il ne reste qu'à arroser...
Voilà ma façon de procéder....surtout, ne jamais rien laisser s'envoler, même au milieu des chèvres, noter et faire de ses notes un terreau fertile.
La page blanche reste blanche, froide et stérile. Celle noircie de gribouillis, même les plus "insensés" est une nourriture dont il serait ridicule de te priver, la matière brute à façonner.
Dis moi ce que tu penses de ça.
Bonne écriture.
Mes bises scribouillardes.
Arthi

Sylvaine V. a dit…

D'ici novembre tu auras le temps d'effeuiller les feuilles et les remplir de nervures...

naline a dit…

J'écris à longueur de journée, dans le cadre de mon travail. Et il est vrai qu'il y a des jours "sans"... où chaque phrase est un accouchement difficile, chaque mot est pesé, changé, modifié, remis... et souvent, le texte est remis au lendemain, en attendant de l'inspiration plus fertile !

enriqueta a dit…

Ne peux-tu t'inspirer de ce que tu as déjà écris sur elle sur ton blog? Tu prends les mots clefs qui la concerne, tu en fais une liste et tu vois si ça stimule ta muse.

gazou a dit…

quand c'est un article sur commande, il est nécessaire de prendre son temps et de garder confiance..Avoir le sujet en permanence dans un coin de sa tête et au moment où l'on s'y attend le moins..quelque chose vient qui correspond tout à fait à ce que l'on voulait exprimer..Je suis sûre que tu vas y arriver puis que tu l'aimes...Moi aussi j'éprouve le même désarroi quand le sujet est imposé...mais si je prends le temps;.je suis parfois heureusement étonnée !