mercredi 16 avril 2008

Promenade


Je pénètre doucement, calmement

Au cœur de ce bois
Qui, je le sais,
Va se transformer
En jardin d'éden
Juste pour moi
Si je peux attendre
D'être accueillie
D'être acceptée
Dans le cercle très fermé
Des habitants de la forêt.



Je marche lentement

Les odeurs se déploient
Le chemin devant moi
Se déroule
Tel un ruban de soie.



Sur un banc

Je me pose
Et je reste
Sans bruit
Sans un mouvement
Et le peuple sauvage
Vient à moi
Amicalement



D'abord les chevreuils craintifs
Bondissent insaisissables
Profitant d'une agilité indiscutable.

Ensuite le renard roux à queue blanche
Furète
L'œil et l'oreille en alerte,
Prêt à disparaître.

Au dessus de ma tête,
Les écureuils se moquent
De l'attraction terrestre
Tête à l'endroit
Tête à l'envers
Qu'importe.



Les ruisseaux et les fontaines me mènent à l'étang.



Les truites et les tanches s'approchent
Curieuses, insoucieuses.



Le héron cendré au loin, se pose,
Distant




Les canards glissent sans fin

Et dansent
Dans ce bal mystérieux
Donné sur un miroir sans teint.



J'entends au loin le pivert
J'entends la mésange
J'observe la sittelle torchepot.



Et puis, il y a des fleurs

Partout
Poussées là
Où le vent les sema.



Alors

Pour un instant
Pour un instant seulement
Je comprends
Pourquoi je vis
Pourquoi l'univers
Pourquoi l'Infini




Je dédie ce texte à Pascale avec qui je vais dans ce bois chaque semaine.


21 commentaires:

val a dit…

Quel bel endroit!
Ton poeme est très frais et donne envie de nature et dair pur...

Terry a dit…

Et bien oui, une idée de l'infini... je l'ai souvent cette idée, quand je regarde le ciel... quand je reste à regarder pendant de longs moments, les vagues sur une plage...
Les chiots ne sont pas morts...

Désirée a dit…

Bonjour Catherine

Quand je suis dans les bois, j'ai toujours une irrépressible envie/besoin d'aller étreindre un ou deux arbres. Je dois avoir une connection spéciale avec le tellurique, parce que ça me recharge! La nature me recharge, aller mettre mon nez dans une touffe de violettes, sans les cueillir, c'est comme respirer le monde, c'est comme si Ruah entrait dans mes poumons et aérait tout l'intérieur en ouvrant grands les portes et les fenêtres..

Bonne journée lumineuse!

Anonyme a dit…

belles photos et texte plein de fraîcheur,merci de nous faire partager ce bon moment gazou

Madame C 6375 a dit…

Bonjour,

Il ne manque plus que le parfum de la forêt, celui de la pluie sur les feuilles mortes, celui de l' eau qui foisonne entre lls rochers, celui des fleurs qui éclosent en ce printemps....
les bruits...celui d ' un oiseau qui s ' envole, celui de la biche et de son faon que l' on croise au détour d ' un sentier, celui d ' un groupe de chevreuil qui mange dans les ronciers...
Catherine>>> je suis revenue près de 20 ans en arrière en visitant cette page, lorque je me promenais avec ma jument en forêt et que je croisais tout cela.

Anonyme a dit…

merveilleuse Nature... puissions nous tous la voir comme tu la vois afin de mieux la respecter, la préserver... oui...
Alice

Plume a dit…

Magnifique !!!! je suis sous le charme ! je me permets de passer parce que je t'ai vue chez Enriqueta ... je en regrette pas ma curiosité ! Enchantée de te connaître ! Amitié

Lilou a dit…

Il est des pas si doux
sur les sentiers d'automne
qui disent au passant qui s'étonne
le Joie simple d'être vivant.

Alors tous les chemins se ressemblent en étant pourtant si différents ..
Tous parlent le langage du printemps ..
Celui qui fleurit en nos coeurs
chaque fois que nous savons
savourer la bonne heure .

Lise

Mathilde a dit…

Bonjour Catherine,

C'est une bien jolie balade aujourd'hui, j'ai suivi ton pas et tes mots, il faudrait presque recommencer en fermant les yeux pour écouter... les amis de la forêt..

S'asseoir sur le banc, moi c'est sur le pont, j'adore le dernier pont... très sauvage.

Bonne soirée à toi... et à bientôt.

Marc a dit…

Pour une (bel) instant seulement...

Coumarine a dit…

Merci pour ce moment de fraîcheur
Cela fait tant de bien...

well a dit…

Au fil de l’eau
Quand il fait beau
Et d’un étang
Par mauvais temps...


Une ode à la nature...

Anonyme a dit…

Juste un petit mot
quelle jolie musique
dans ces vers,
mais quelle tristesse
dans paroles mélancoliques.

geo

lilounette a dit…

Ce poème qui reflète toute la beauté de la nature jusqu'aux chants des oiseaux est superbe
C'est merveilleux de pouvoir écrire de la sorte
je fais un retour timide mais suis ravie de ta visite
Bon week-end

le Pierrot a dit…

Très jolie note, romantique, calme et très agréable à lire, c'est très sympa...bonne journée...

Anonyme a dit…

Quelle chance d'avoir cet écrin de verdure à notre porte!!
Merci pour ces temps de paix et de pur bonheur que tu m'as appris à découvrir chaque semaine..
Voilà une chose dont je ne me passerait plus!
Pascale

Tisseuse a dit…

je suis venue me ressourcer et rêver dans ce havre de paix, bercée par ts mots.....
merci !

Babeth a dit…

quel bonheur, ta balade dans ce havre de paix. Merci Catherine.
J'ai une requête, j'aimerais bien mettre ton lien sur mon blog, mais pour cela, il me faudrait son URL, si tu le veux bien, peux-tu me la fournir? Tu me ferais bien plaisir... Bisous, à bientôt. Babeth.

Mathilde a dit…

Bonjour Catherine,

Je reviens t'accompagner dans ta balade il pleut chez moi, c'est plus agréable ici.

Et pour te répondre tu as tous les droits chez moi, tu peux écrire même tes petits poèmes, une odelette aussi... j'adore ce mot.

Je t'embrasse et te souhaite un agréable WE.

Mahina a dit…

J'aime cette promenade sur le sentier, sentier qui sent bon la nature et la vie...

Vallisnéria a dit…

je m'étais déjà promenée ici mais sans laisser de mots, j'y remédie aujourd'hui.. je suis sous le charme de ces mots, de ces photos.. bravo et merci !