mardi 8 avril 2008

Prière aux vivants pour leur pardonner d'être vivants



Je vous en supplie
Faites quelque chose
Apprenez un pas
Une danse
Quelque chose qui vous justifie
Qui vous donne le droit
D'être habillés de votre peau de votre poil
Apprenez à marcher et à rire
Parce que ce serait trop bête
A la fin
Que tant soient morts
Et que vous viviez
Sans rien faire de votre vie.

Charlotte Delbo

Posted by Picasa

6 commentaires:

patriarch a dit…

c'est ce que j'ai toujours fait.Je n'ai d'ailleurs aucun regret de vieillir :P

O. a dit…

Très agréable blog, très fin dans sa présentation
Qui est Charlotte Delbo et à qui particulièrement était destiné ce poème.
Nous avons tant fait de notre vie que nous la méritons amplement, nous avons plus fait que danser...souffert trop, aimé beaucoup, donné autant que peu.
O.

catherine a dit…

Bonjour O. Pour savoir qui est Charlotte Delbo qui a écrit ce poème en 1945, il suffit d'aller voir mon billet du 11 février dernier intitulé "l'homme beau".

Désirée a dit…

Tiens moi pareil que Patriarch! Je me sens très bien dans ma vie, bon ma peau commence à faire des plis d'aisance, et mon poil à se raréfier, mais quelle importance. Rire.

J'ai écrit il y a quelques années en arrière une série de poèmes sous le titre "Tempus fugit" qui disait à peu près la même chose que la dame Charlotte. Ils ne sont pas très bons mais il y a de l'idée ;) Faudra que je les postes dans la catégorie "vieilleries".

Bises!

Mathilde a dit…

Bonjour Catherine,

Je vis, je meure.... autant se faire que peu...

je ne veux pas être pardonnée, car rien ne me fut épargné, je suis en vie et vivre suffit... Car ma vie toute neuve revient chaque matin. Joyeux ou chagrin, chaque matin m'émerveille...

Au demeurant Charlotte Delbo peut donner ce conseil aux vies mortifères, triturées, vécues d'avance...

Laurent Morancé a dit…

Comme Robert Antelme ("L'Espèce humaine") et Primo Levi ("Si c'est un homme"), Charlotte Delbo (nous) est essentielle...

Merci de l'avoir rappelé.