lundi 2 juin 2008

Laisser la mer partir enfin!

Mon amie Alice avait laissé quelques mots sur son blog, the newcomer.
Les voici :

Briser les coques des bateaux

A coups de hache, de poing, de pied

Les empêcher d'aller sur l'eau

Les regarder souffrir

Et

Dépérir

Le cœur tout noyé

te maudire

Lapider les oiseaux

Détester le vent

La mer

Cracher dedans








Ces mots-là m'ont émue, je lui ai donc répondu ceci :

Reconstruire tes bateaux

Avec mes mains, avec ma peau

Ramasser tes coquillages

En remplir mon seau

Chasser les oiseaux

Arrêter leurs carnages

Frapper, tuer ton chagrin

Et

Te donner mon coeur

Te donner ma main

Courir, courir au loin

Loin des nuages

Abandonner la plage

Laisser la mer

Partir enfin.



Les photos sont aussi celles d'Alice qui nous les montre le plus souvent in the black and whiter
Posted by Picasa

19 commentaires:

Anonyme a dit…

merci pour cette réponse ma Catherine, je suis émue, touchée par tes mots...
Alice

Mathilde a dit…

Bonjour Catherine,

Il faudrait peut-être lui dire, que la mer parfois n'emporte que nos rêves, et que les bateaux s'en reviennent aussi, le ventre gonflé d'écume et de l'odeur des algues du plus profond parterre de coraux.
Il faudrait lui dire d'écarter les grands barreaux, qui traversent son coeur à intervalle régulier. Que le sable s'efface sous nos pas et scintille parfois de mille quartz comme autant lumineux sourires.. Il faudrait lui dire aussi, et puis....

Je t’embrasse Catherine à bientôt.

Madame C 6375 a dit…

La mer emporte parfois une personne qu' on commencait à aimer...

La douleur finit par passer...un jour...avec le temps.

je ne connais pas Alice, je viens de passer sur son blog via le lien que tu nous a laissé Catherine...Alice a l' air de souffrir.

Sylvaine a dit…

Le poème est déchirant de beauté...la réponse est positivement belle.

le Pierrot a dit…

c'est bien Catherine de réparer ces bateaux...bel écrit, encore...
bisou et bonne soirée...

Anonyme a dit…

quand elle se lache elle ecrit dees textes merveilleux ta reponse est belle
besos
tilk

lilounette a dit…

Ta réponse est encourageante et l'entraînera dans la réflexion
On peut voir les bateaux et la mer différemment pour moins souffrir, ce sont souvent ce genre d'images qui laissent au coeur de mauvais souvenirs , mais on peut les faire voguer , voler les oiseaux au-dessuS d'eux, les regarder autrement un jour sans s'arrêter sur un mauvais jour
Tu fais comme tu veux pour continuer la chaîne et choisir 5 blogs , pas facile , j'avais hésité
Bonne soirée

Arthémisia a dit…

En Alice, voilà quelqu'un qui a des comptes à régler avec le départ.
Cette violence a probablement des racines profondes...pourtant pour moi la mer, c'est le voyage, la liberté, la découverte, le plaisir et même aussi le plaisir des retours, des retrouvailles.
Quoi qu'il en soit vos 2 vécus sont émouvants.
bises
Arthi

Tisseuse a dit…

oui, la douleur peut être si violente parfois qu'elle nous donne l'envie de détruire, et de nous engloutir
et l'amitié peut être si vive qu'elle peut avoir la force de panser, de bercer, et de reconstruire avec coeur
quel dialogue fort !

camomille a dit…

Merci de votre visite Catherine, je suis tombée chez une poétesse de talent... Un blog à parcourir sans modération... Bonne fin de soirée à vous !

Marie-Eve a dit…

C'est rare d'entendre "jurer" sur la mer. Mais il est vrai qu'elle peut emporter des êtres chers.
J'espère que ta réponse Catherine aura redonné à Alice un peu de baume au cœur.
A bientôt!

Marie-Eve a dit…

Je n'avais pas vu le 1er message...

Anonyme a dit…

belles images pour dire la douleur Et ta r�ponse chaleureuse a d� lui �tre b�n�fique...Gazou

val a dit…

J'aime bien. C'est un peu comme une amicale partie de ping-pong. c'est très réussi.

Marc a dit…

De la meilleure veine, ce dialogue poétique.

Désirée a dit…

Coucou Cath

Bon j'espère que blogger va être sympa aujourd'hui et me permettre de laisser mon commentaire: avant-hier ce sagouin m'a fermé la porte au nez.

Alors je te disais que j'aimais beaucoup cet écho. D'un côté il y a l'expression à vif d'une douleur, et de l'autre une voix de baume, de caresse, de douceur. C'est plus que joli, ou agréable, c'est merveilleusement humain. Et moi me touche en plein ce qui est humain.

Je suis allée faire un tour chez Alice, merci pour le lien, c'est une personne intéressante dès le premier abord. Je veux dire sa façon d'écrire, très concise. C'est le type d'écriture qui me plait.

On dit souvent de notre chère Mathilde qu'elle est une belle personne mais tu l'es aussi sans aucun doute!

Bises et tendres pensées

Vallisnéria a dit…

très émouvant et très beau, cet échange poétique

catherine a dit…

Vallisnéria, je n'arrive plus du tout à aller chez toi!

Nuitarius a dit…

Comme elle est belle cette mer que vous décrivez, avec des mots purs et éthérés...
Magique et magnifique, je reviendrai !