vendredi 16 janvier 2009

Le moine

Petite histoire (très) légère de fin de semaine....



"Nous étions trois jeunes filles
Toutes dansant dans un pré

Par ce pré passait un moine
Toutes trois nous salua

Il dépouilla sa grand' robe
Et avec nous dansa




Quand la danse fut finie
À coucher il demanda
Laquelle voudrais-tu, moine ?
Et puis on te la donnera



Je n'en voudrais point par une
La la la
Je les voudrais toutes trois"
Li ron fa "



"Le moine" est une chanson traditionnelle française
les photos sont de David Hamilton et du film "Au nom de la rose"
Posted by Picasa

15 commentaires:

Anonyme a dit…

beaujour catherine
du david hamilton pour finir la semaine sur une pointe de frivolité....
seul petit conseil encore plus d'actualité en cette saison.
sortez couvert !!!!

je suis à la maison aujourd'hui car notre juliette a,a, a la grippe. alors je la veille et la pouponne en prenant des vitamines. car aprés avoir résisté à une bronchite du bichon, j'ai un peu peur avec la grippe de la cadette....
allé sur ce, douce journée à toi et bon Week End.

bisous

Anonyme a dit…

Un des films de David Hamilton fut tourné près de mon village. Et, un de la bande de copains fut retenu comme passant...

De beaux souvenirs.
@+

Anonyme a dit…

Ne dit on pas que sous la bure des moines se cache un trésor d ' une inestimable valeur ?
Mes tentacules auraient bien désiré faire un tour sous les jupes de ces demoiselles et aider ainsi ce pauvre moine à partager quelques instants de joie
Monsieur le poulpe

Anonyme a dit…

Je ne connais pas cette chanson, bien que celles courant à propos de moines paillards soient nombreuses. Tu nous la chante?

David Hamilton, j'aime pas. Ses photos de petites filles à poil me mettent très mal à l'aise. :o(

Bisous

Anonyme a dit…

Pauvres moines... leur célibat (comme celui des prêtres) a toujours été sujet de discussions...

Unknown a dit…

Sous bure si vous saviez ce qui réellement
s'y dresse en dessous, vous rougiriez pivoine
et vous constateriez, sûr, en la relevant
qu'il n'y a pas q'habit qui ne fait pas le moine.

Colombe a dit…

Je viens te remercier pour tous les mots gentils que tu as laissés chez moi. J'avais envie de parler de mes derniers "résultats", rassure-toi je ne vais pas avaler ces cachets comme ça sur un coup de tête. Ce n'est pas parce que je m'appelle Colombe que j'ai une cervelle d'oiseau, mais j'ai toujours dit que je voulais devenir une "loque branchée à des tuyaux" je trouve ces acharnements dégradants, je sais de quoi je parle, je fais partie d'un groupe qui "accompagne" les malades en fin de parcours.
Je suis allée voir le lien que tu m'as donné et j'ai pleuré comme si ce petit ange était le mien.
Je te souhaite une bonne fin de semaine
A bientôt
Colombe

Anonyme a dit…

La connais pas celle-là; j'adore , entraînante , les photos sublimes , mais tiens je ne me reconnais pas (rire)
Bon weed-end

Anonyme a dit…

très jolie chanson ! quant à Hamilton (comme Sturges), parfois ça passe, parfois pas. Moi non plus je ne prise guère les anatomies de petites filles, mais certaines de ses photos sont tout simplement très belles. :)

Anonyme a dit…

Parlant moine je dois afficher mes préférences pour ceux qui porte la robe orange. Sans doute parce que plutôt que de croire en Dieu ils en explique la raison et à coté de cela n'affiche ni chemin de souffrance ni culpabilité;

quand aux filles ...!...!

Amitiés et Bonnes Années 2009 Catherine (mais je te l'ai peut être déjà souhaité Catherine)

Sylvaine Vaucher a dit…

David H. nul à la limite de la pédophilie...je vais t'étonner mais je choisis Sean Connery au nom de sa rose.

Anonyme a dit…

Les moines sont aussi des hommes...Que le pontificat se remette en question. Laissons nos moines, nos prêtres, nos curés vivre un amour autre, que celui unique du dévouement à Dieu. Aimer n'est pas un péché de chair...Aimer au sens physique du terme, c'est vivre aussi de manière concrète avec l'autre, son prochain. Aimer n'est pas une faute et n'empiète en rien sur la Foi.
Le cas David HAMILTON: J'aimais, plus jeune, ces belles photos que l'on trouvait déclinées en cartes postales, calendriers, etc... Ces jeunes filles nues ou guère vêtues, en pleine puberté pour la plupart, me faisaient rêver, d'une certaine manière.
Aujourd'hui, malgré le côté flou artistique propre à David HAMILTON (un peu d'huile de paraffine sur l'objectif), je ressens en voyant ces photos, comme une gêne...le fait que quelque part, le photographe a violé l'innocence, la pureté, la candeur, la beauté intérieure de ces belles jeunes filles au regard si pur. Alors...marketing...voyeurisme... piège à fric...Tout cela reste confus!

Anonyme a dit…

(pour Etats d'âme, les moines qui ne sont plus paillards de ces temps-ci ne sont pas très différents des moines à robe orange).

David Hamilton avait tourné "Les chansons de Bilitis" d'après le livre de poèmes imitant la poésie grecque ancienne de Pierre Louys. (Pierre Louis de son vrai nom, peuh, ce n'est pas ce qu'on a fait de mieux en littérature).

Le film était moins osé que les photos de l'album. Les principales actrices étaient Pati d'Arbanville et la compagne d'alors de Hamilton (une certaine Mélissa je crois) et elles étaient adultes.

C'est une époque, un érotisme soft, ou un érotisme un peu malsain en effet, qu'on retrouve chez Verlaine (Les pensionnaires, dans Parallèlement), chez Willy (tout ce qu'il fait écrire à Colette), ou chez Baudelaire (Femmes damnées). Sans qu'on tienne compte de l'âge de la femme, malheureusement.

Et "Le nom de la rose", beau film!

(Pivoine Blanche)

Anonyme a dit…

En fait, j'essaie d'expliquer sans condamner... Parce que je pense à Catherine aussi qui met tant de soin et d'amour à faire son blog.

Bisoux, Catrherine !

(Pivoine Blanche)

catherine a dit…

Merci Pivoine de me défendre si gentiment!

Merci aussi de nous avoir donné plus d'explications..

En réalité, je ne connaissais pas Bilitis ni grand chose à David Hamilton d'ailleurs...
Je me souviens juste que quand j'avais 15 ans, je décorais mes partitions de piano avec des images de ballerines en tutu photographiées par DH et j'aimais ça.
Et avec du recul, je trouve que les photos de DH , pour l'époque, étaient très belles. On n'avait pas les retouches numériques.

je t'embrasse gentille Pivoine !